Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 novembre 2009 4 05 /11 /novembre /2009 11:26

Un génie du cinéma, qui n’hésite pas à piocher dans l’histoire de ce cinéma qui l’a fait, et que lui, fait ou refait.


1992 => Reservoir Dogs


Une claque cinématographique pour un policier d’un nouveau genre. Je retenais pour la première fois le nom du réalisateur ; Quentin Tarentino.


 1994 => Pulp Fiction


La mise en place d'une construction, découpage, mise en forme, bref, son cinéma. Chacun de ses personnages s'incruste en vous, a travers des acteurs qu'il dirige, non ; qu'il manie avec génie.


 1998 => Jackie Brown


Sans honte, je découvre des actrices qui ont fait du cinéma, un certain cinéma, et grâce à Quentin.


2003 =>  Kill Bill : volume 1


TFM Distribution

Un certain mélange, entre le western et le cinéma de HK, toujours sur la même ligne de son cinéma.


2004 =>  Kill Bill : volume 2


La suite, avec le retour d'acteurs un peu oublié.


2005 =>  Sin City


Un nouveau style, dans son cinéma ? , et pourquoi pas, puisqu'il y arrive sans aucun problème, avec en plus, ses acteurs fétiches.


2007 => Boulevard de la mort - un film Grindhouse


Retour à du cinéma de Quentin Tarantino, mais avec, je trouve, un peu plus de noirceur.


04.11.209 => Inglourious Basterds


On ne se préoccupe même plus de la réalité de la situation, nous sommes quand même en pleine 2 ème guerre mondiale. Non, on suit le Quentin dans son délire, et c'est jouissif. J'aime

 

06.03.2013 => Django Unchained


http://fr.web.img3.acsta.net/r_160_240/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/90/08/59/20366454.jpg

Égale à lui même, Quentin Tarantino s'offre un western spaghetti, et nous le consommons avec lui et avec délice. J'aime

Repost 0
15 octobre 2009 4 15 /10 /octobre /2009 17:03

 

1994 => Regarde les hommes tomber


Film à revoir, car le temps passe


1996 => Un héros très discret


Un film simple, comme son personnage, mais suivant exactement le titre.


2001 => Sur mes lèvres


 

 

 

Encore des personnages simples, mais qui ne le resterons pas longtemps


14.10.2009 => Un prophète


 

Au-delà de toutes polémiques sur l'’univers carcérale, que beaucoup ne connaissent pas, et qui voudraient le voir autrement que ce qu'il est, voilà encore une preuve de la vitalité du cinéma Français, et de sa capacité à égaler, en toute simplicité, et c’est sa nouvelle force, le cinéma Américain. J’aime


De rouille et d'os

 

 

http://images.allocine.fr/r_160_240/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/89/84/98/20087993.jpg

Nous sommes capable de gérer beaucoup de chose, mais une seule nous échappe, nos sentiments, et pourtant ils sont une force qui dort en nous. Une grande leçon de cinéma avec de très bons interprètes. J'aime

Repost 0
8 octobre 2009 4 08 /10 /octobre /2009 11:22

Réalisateur, Acteur, Scénariste, Dialoguiste, Directeur de la photographie français

Né le 1 Mars 1928 à Rouen (France)

La belle Noiseuse 1991

Film de la contrainte, des excès de l’Art et du relationnel. 

Jeanne la Pucelle, les batailles 1994

Jeanne la Pucelle, les prisons 1994

.

 

Jacques Rivette revisite notre histoire de France, avec cette éternelle Jeanne, mainte-fois adapté

.

Va savoir 2001

.

Jacques Rivette me surprend par ses formes de cinéma, jamais égale. Je retrouve Jeanne Balibar, très bonne actrice Française.

.

Ne touchez pas la hache 2007

Adaptation de La Duchesse de Langeais, d' Honoré de Balzac, preuve d'un multi-cinéma chez Rivette et pour moi, c'est ce qui fait un grand cinéaste.

.

07.10.2009 => 36 vue du Pic Saint-Loup

.

Jane Birkin, Sergio Castellitto, que l'on retrouve, dans ce conte presque ordinaire de la vie, mais qui ne l'ai pas grâce à Jacques Rivette. J'aime



Repost 0
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 09:47

© Filbox Producoes

Réalisateur, Acteur, Producteur, Producteur exécutif, Scénariste, Dialoguiste, Directeur de la photographie, Monteur portugais

Né Manoel Candido Pinto de Oliveira, le 12 Décembre 1908 à Porto (Portugal)

Il est très difficile de le classer, il est pour moi, le réalisateur de l'écrit, chaque film est un livre, mais un livre cinéma.

Val Abraham

Lent, très lent, mais dans l'art cinématographique, il faut prendre sont temps.

La Cassette => Février 1995

Film à revoir, le temps passe

Le Principe de l'incertitude => Septembre 2002

Toujours à revoir, le temps passe

Belle toujours => Avril 2007

Faire revivre deux personnages d'un chef d'oeuvre du cinéma, tourné quarante ans plus tôt, voilà du grand cinéma.

30.09.2009 => Singularités d'une jeune fille blonde

 

Comme un livre, mais un livre que vous voyez, simple mais efficace. De l'art.



Repost 0
24 septembre 2009 4 24 /09 /septembre /2009 11:52

J'avance dans mon cinéma et redécouvre des réalisateurs auquel je n'avais pas fait attention. Observateur de la vie courante, et fidèle à certains de ces acteurs.

Mai 2004 => Ma mère

Découvert toujours grâce à Arte. Les relations Mère/Enfant, de l'inconnu pour moi, mais du passionnant.

Octobre  2006 => Dans Paris

Une continuité dans le relationnel familiale. Jamais évidant, mais avec Christophe Honoré ça marche.

12.09.2008 => La Belle personne

 Voir avant tous, un privilège que nous offre Arte. Une très belle réponse, à la bêtise de l'inculte qui ne comprend pas que tout est répétition, surtout quand il s'agit de sentiment. J'aime.


23.09.2009 => Non ma fille, tu n'iras pas danser
 
 

Encore la vie de famille, mais la compliquée, celle des incompréhensions, et des déchirures internes. Une très bonne vision de l'’existant que l'’on ne comprend pas toujours. J'aime.

 

19.11.2011 => Les Bien-aimés

 

http://images.allocine.fr/r_160_214/b_1_cfd7e1/medias/nmedia/18/84/25/84/19733608.jpg

L'amour, une complexité bien humaine, le tout mise en musique par Christophe Honoré. J'aime

Repost 0
9 septembre 2009 3 09 /09 /septembre /2009 23:19

© Corbis Sygma

Réalisateur, Acteur, Producteur, Scénariste palestinien

Né le 28 Juillet 1960 à Nazareth

Le cinéma de Palestine, trop peu connu, et pourtant il a son grand réalisateur

Octobre 2002 => Intervention divine

Découverte du réalisateur Elia Suleiman, et de son cinéma critique sur l'absurdité d'un conflit sans fin.

12.09.2009 => Le Temps qu'il reste

Bien agréable scéance accompagné, il y avait bien longtemps, et pour une chronique acidulé sur la vie, la longue vie sur un territoire que tous le monde se dispute. Une merveille



Repost 0
27 août 2009 4 27 /08 /août /2009 10:33

Henry Selick


© Universal Pictures International France

Réalisateur, Producteur, Coproducteur, Producteur exécutif, Scénariste, Superviseur des effets visuels

Né le 30 Novembre 1952 à Glen Ridge, New Jersey, (Etats-Unis)

Le monde de l’animation, un monde en constante évolution, prêt a utilisé les dernières technologies, mais, aussi à resté fidele aux écoles qui l’on vu naitre. Un cinéma du tout possible, sans frontière, ou l’imaginaire est roi. Henry Selick en est un des acteurs.

1994 => L'Etrange Noël de M. Jack

Une première grande surprise dans la réalisation, j'avais peur, étant habitué aux vielles animation de l'Est, mais vite rassuré.

27.08.2009 => Coraline

Et ho! Une nouvelle petite réussite. Tout y est, histoire, décores et couleurs, sans oublier l'imaginaire. J'aime



Repost 0
13 août 2009 4 13 /08 /août /2009 10:18

© DreamWorks Pictures

Producteur exécutif, Réalisateur, Acteur, Scénariste, Créateur américain

Né le 5 Février 1943 à Chicago, Illinois (Etats-Unis)

Mai 1984 => La Forteresse noire

Un de mes films, découverte du cinéma avec mon premier périodique cinématographique "Starfix" et ma grande période Science-Fiction. Chef-d'oeuvre maudit des années 80.

Avril 1987 => Le Sixième Sens

Mon premier film sur ce qui allais devenir un classique dans les policier, les Profiler.

Aout 1992 => Le Dernier des Mohicans

Je pouvais qu'aimer ce film. Une réussite et une B.O qui ne me quitte plus

Février 1996 => Heat

Deux géants du cinéma dans un même film.

Mars 2000 => Révélations

Michael Mann s'attaque à la face caché de son pays, avec ses lobby qui sont son ses contre-pouvoirs, avec encore Al Pacino.

Février 2002 => Ali

Les autobiographies au cinéma, un risque souvent, mais là, Michael Mann nous emporte avec réussite.

Septembre 2004 => Collateral

Une réussite à tous les niveaux. Un acteur dans un nouveau registre, auquel on ne s'attendait pas, Tom Cruise en tueur. Une B.O qui suit sans faille le film, et le principal, une très bonne histoire.

12.08.2009 => Public Enemies

John Dillinger, j'en ai entendu parlé, surement à travers ma vieille série "Les Incorruptibles" Représentatif, à mes yeux, du derniers de ces légendes du banditisme américains, libre de choisir son destin, sa vie, refusant le syndicalisme du crime. Johnny Depp nous surprend.



Repost 0
30 juillet 2009 4 30 /07 /juillet /2009 08:59

Kes => 1970

 

A revoir, car comme à son habitude, le temps s'installe, et on oublie.

 

Raining stone

 

A revoir

 

Ladybird => 1994

 

A revoir

 

Land and Freedom => 1995

Mon premier film sérieux sur la guerre d'espagne, avec une remise en question des idées reçu. Un très bon film.

 

My Name is Joe => 1998 / 13.12.2009

 

Revu et rien ne change, nous en restons au même point. J'aime

 

The Navigators => 2002

 

La problèmathique avec Ken Loach, est l'enregistrement complet de ses films, et je doit reconnaitre que par moment, j'y arrive difficilement. A revoir

 

2002  => Sweet Sixteen

 

Minimaliste mais tellement réaliste, Ken Loach ne glorifie en rien le situation, il nous la présente telle quelle. J'aime

 

Le Vent se lève => 2005 / 16.06.2010

 

Ken Loach s'est essayé à une forme de critique cinématographique d'une guerre menée par ce qui fût l'empire Britanique et qui aboutira à la séparation d'une nation naissante. Instructif; mais il avait fait mieux avec Land and Freedom.

It's a Free World => 2008 /  09.06.2011

Affiche anglaise. FilmFour Ltd

 

L'exploitation de l'homme par l'homme ou plutôt de l'homme par la femme, un vaste sujet récurant de nos sociétés qu'il aurait fallut traité avec plus de conviction. Un Ken Loach qui ne ma pas convaincu.

 

29.07.2009 => Looking for Eric

Une délirante petite comédie, pleine d'humour et de sensibilité. J'aime

 

 

 

Repost 0
16 juillet 2009 4 16 /07 /juillet /2009 09:05

1989 => Sexe, mensonges vidéo


 

D'écouverte d'un réalisateur, avec sa nouvelle manière de filmer et de raconter.


1998 => L'Anglais


Film à revoire car le temps passe.


2000 => Erin Brockovich, seule contre tous

 

http://fr.web.img3.acsta.net/r_160_240/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/65/35/27/19511315.jpg

L'histoire vraie ne suffit pas, il faut la rendre passionnante, Steven y arrive très bien.


2001 => TRAFFIC


Le policier est un art aussi, il le faut à la hauteur de la concurence, il doit se démarquer, Steven y arrive.


2003 => SOLARIS


J'aime la science fiction, mais je n'aime pas quelle soit dénaturé. Il me faudra relire, revoire le remake.


04.02.2009 => CHE L'ARGENTIN


Simple, mais utile. Histoire de remettre les pendules à l'heure.


18.02.2009 => CHE GUERILLA


La suite, avec sa lente agonie, très bien ressentie dans la réalisation.

J'aime.

 

09.10.2013 => Ma vie avec Liberace

 

http://fr.web.img2.acsta.net/r_160_240/b_1_d6d6d6/pictures/210/139/21013963_20130619184351861.jpg

On en oublie le réalisateur, car on est subjugué par l'interprétation de deux grands acteurs. J'aime

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de fabior
  • Le blog de fabior
  • : Ma simple passion du cinéma
  • Contact

Recherche